La série de J-F Parot : Nicolas Le Floch

La série de romans policiers écrits par un diplomate, Jean-François Parot, le aventures de Nicolas le Floch, commissaire au Châtelet chargé des enquêtes extraordinaires, est un régal ! Cela fait plusieurs années que je me plonge avec délices dans ces polars et je profite de la naissance de notre nouveau blog pour vous en faire part.

Non seulement les intrigues sont bien construites et palpitantes, mais en plus le décor et les personnages nous plongent dans le Paris de la seconde moitié du XVIIIè siècle.  La 1ère intrigue est située en 1761, c’est L’Énigme des Blancs-Manteaux, on passe du règne de Louis XV à celui de Louis XVI jusqu’à la dernière énigme parue L’enquête russe qui se déroule en mai 1782 lors de la visite du tsarévitch Paul (fils de Catherine II de Russie) et sa suite à Paris.

Tout est réuni pour une plongée dans cette période de l’histoire : les problèmes sociaux, sanitaires, les intrigues de cour, la diplomatie …

Les personnages de l’entourage de Nicolas le Floch sont hauts en couleurs. Les personnages romanesque comme Catherine la cuisinière  alsacienne de M de Noblecourt, mais aussi Semacgus, chirurgien de marine, anatomiste ayant le droit de faire des expérience sur les cadavres de la Basse-Geôle et que Nicolas charge des autopsies dans ses enquêtes où, il est vrai les cadavres sont souvent très nombreux.

Mais aussi les personnages historiques : de Louis XV à Marie Antoinette, en passant par Sartine, lieutenant général de police, charge qu’il occupe jusqu’en mai 1774, date à laquelle il devient secrétaire d’État à la Marine,J-F Parot  en fait un personnage sujet à de fréquentes sautes d’humeur et un collectionneur de perruques.

Les lecteur plus curieux, pourront d’ailleurs se rendre sur le site consacré à cette série. Ce site est en lui-même une mine d’informations non seulement sur les éléments de la série mais surtout sur l’époque historique  les lieux, le contexte, les personnages, tout y est pour une prolongation de la lecture de ces romans policiers décidément très recommandables. Pour des élèves, plutôt des lycéens !

Une thèse a été publiée récemment  » Nicolas le Floch, le tableau de Paris » par Pascale Arizmendi. Un blog en rend compte. ainsi qu’un entretien en ligne de J-F Parot et Pascale Arizmendi le 8 novembre 2.